En savoir plus sur la coupe menstruelle

Une coupe menstruelle est une méthode de protection périodique, une alternative aux tampons et serviettes hygiéniques.
C’est un réceptacle en forme de « cloche » qui, une fois glissé dans le vagin, permet de récupérer les flux menstruels. Fabriqué dans un matériau souple (en général du silicone médical, parfois un élastomère thermoplastique), c’est un objet sûr, économique, écologique et ultraconfortable.

Jusque récemment, l’utilisation de la coupe menstruelle restait quasi confidentielle, alors qu’historiquement, elle est aussi vieille que le tampon tel que nous le connaissons aujourd’hui !

En effet, le premier brevet a été déposé en 1933, puis un autre en 1937. Malheureusement, à l’époque deux problèmes s’opposent à l’avènement de ce type de protection : le tabou autour des règles, et la pénurie de caoutchouc, matériau dont étaient faites les premières cups.

C’est ainsi que le tampon avec applicateur s’impose dans les culottes du monde entier, laissant la coupe menstruelle de côté au profit de protections jetables, polluantes et dont aujourd’hui encore la composition exacte n’est pas connue.

La cup est saine et protège votre santé

Pas de mauvaise odeur: le sang n’étant pas en contact avec l’air comme avec les tampons et les serviettes, il ne s’oxyde pas. Donc il ne macère pas, et sent uniquement le sang, c’est à dire pas grand-chose…

Ne favorise pas les mycoses: les serviettes maintiennent une humidité constante autour de votre vulve, ce qui peut provoquer mycoses et démangeaisons. Ce n’est pas le cas de la cup: vous êtes au sec toute la journée!

La texture et la matière (silicone, latex ou TPE) de la cup ne polluent pas les parois vaginales, n’entraînent pas de sécheresse et n’absorbent pas la flore vaginale. La cup ne diffuse pas de produits chimiques dans votre corps! Elle n’est pas non plus irritante, car elle n’est pas blanchie avec des produits tels que le chlore ou l’eau de Javel parfois utilisés pour les protections périodiques.

La cup ne peut pas se perdre: elle ne peut pas passer par le col du l’utérus, contrairement aux tampons. Aucun risque, donc!

La cup est écologique et éco-responsable

Les procédés de fabrication des protections périodiques jetables sont très polluants et utilisent des produits chimiques (plastiques, résines, liants, fabrication de fibres synthétiques comme la rayonne, blanchiment, stérilisation etc.). L’ONGE Greenpeace affirme que cette industrie est l’une des plus polluantes du monde. La fabrication des cups n’entraîne pas ces désagréments.

Absence de surenchère d’emballage (plastique individuel, boîte, applicateurs en carton ou en plastique, etc…): vous gardez votre cup plusieurs années, rangée dans un petit sac en tissu. Vous ne jetez plus rien, ni à la poubelle, ni dans les toilettes! En Suisse, environ 2.5 millions de femmes sont en âge d’avoir leur règles. Une seule femme utilise, en moyenne, 5 tampons ou 5 serviettes jetables par jour, pendant 5 jours tous les mois. Le total est de 300 protections jetables sur une année, soit environ 750 mio de tampons et serviettes jetés en un an dans un seul pays!

La cup peut être réinsérée immédiatement après avoir été vidée. Aucun déchet n’est ainsi généré autre que son contenu, vidé dans la cuvette des toilettes. Par conséquent, il n’y a pas besoin de disposer d’une poubelle à proximité, comme c’est le cas avec un tampon ou une serviette hygiénique.

La cup est économique

Vous achetez votre cup entre 30.- et 70.- (prix constatés en Suisse), et vous la gardez plusieurs années!

La cup est pratique

Après un cycle ou deux d’apprentissage et d’adaptation, l’insertion et le retrait d’une cup s’avèrent très faciles.

Si la cup est bien mise, il n’y a habituellement pas de risque de fuites.

La cup ne se sent pas une fois mise. Pour la plupart des femmes, c’est comme si elles ne portaient rien du tout!

La cup est invisible sous les vêtements.

Sachant qu’elle peut contenir l’équivalent d’1/3 des pertes menstruelles et qu’il n’y a normalement pas de risque de fuites, il n’est donc pas utile de mettre un protège slip ou une serviette, ce qui est beaucoup plus agréable et plus discret. En cas de doute, un protège-slip d’une marque bio suffira.

La cup peut être insérée avant le début des règles, ce qui permet à l’utilisatrice de parer la surprise de pertes menstruelles inopinées.

Vous avez la paix pendant toute la journée ou toute la nuit: la cup se vide toutes les 12 heures maximum! Vous pouvez donc la mettre le matin, la vider le soir, et partir vous coucher tranquille pour une bonne nuit sans risques de fuite! (En cas de règles abondantes, il convient de la vider 2-3 par jour…)

Vous ne demanderez plus jamais à votre collègue/camarade de classe/amie/une inconnue si elle peut vous dépanner: votre cup est rangée à l’abri dans son sachet dans votre sac à main, et vous pouvez la mettre n’importe quand!

La coupe ne requiert presque pas de place et elle est facilement et discrètement transportable dans sa pochette.

La cup est polyvalente

Il existe pour la plupart des marques deux tailles de cup, une pour les femmes n’ayant pas eu d’enfants et/ou ayant moins de 30 ans et une pour celles en ayant eu, et donc ayant les muscles plus relâchés.

Vous faites de l’équitation, de la natation, ou toute autre activité sportive? Pas de problème! La cup s’adapte aux parois de votre vagin lorsque vous bougez, aucun risque de fuite! Et puisqu’elle ne laisse rien sortir, elle ne laisse rien rentrer non plus, ce qui est plus hygiénique que les tampons qui absorbent l’eau lorsque vous vous baignez (chlore, eau de mer, eau polluée…)

Pour mettre une cup, il faut être à l’aise avec son corps et se connaître. Et il faut introduire ses doigts dans son vagin…

En utilisant une cup, on est directement confrontée aux pertes menstruelles. Suivant le rapport qu’on a avec cet aspect-là de la vie d’une femme, ça peut être gênant…

Si l’heure de vider la cup arrive et qu’on est dans un lieu public sans accès direct à de l’eau (et qu’on a pas de bouteille d’eau sur soi), on ne pourra pas rincer la cup. Mais il suffit alors de soit la remettre telle qu’elle, soit de l’essuyer avec une lingette nettoyante, ou du papier toilette.

Certaines personnes peuvent développer une allergie au silicone, matière dont sont faites la grande majorité des cups. Nous vendons la cup MeLuna pour palier à ce problème: le TPE n’est pas connu pour causer des allergies

Une tige trop longue peut en gêner quelques-unes, mais il est possible de la couper sans nuire à l’utilisation de la coupe. Il faut simplement s’assurer de ne pas en rogner le fond en coupant la tige.

Première fois

La première chose que vous devez faire lorsque vous utilisez une cup neuve, c’est de la stériliser. Le mieux est de suivre les indications du fabricant. Cependant, la technique de base reste la même pour toutes les cups:

Faire bouillir de l’eau dans une petite casserole, et y faire tremper la cup entre 3 et 5 minutes. Attention, la cup ne doit pas toucher le fond de la casserole, ni les bords. Il ne faut pas non plus utiliser de produits.

Laissez ensuite sécher votre cup à l’air libre.

Si vous possédez un stérilisateur en silicone pour le four à micro-ondes, voici comment procéder:

Placer votre cup tige vers le bas dans le stérilisateur et remplir avec de l’eau jusqu’à 100 ml. La cup doit flotter.

Posez ensuite le couvercle mais ne le fermez pas complètement.

Réglez votre micro-ondes à la puissance moyenne (tout dépend de votre four) et faites chauffer de 3 à 5 minutes.

L’eau doit arriver à ébullition pour que la désinfection soit efficace.

Attention en retirant le stérilisateur du four, il peut être très chaud!

Rincez ensuite votre cup à l’eau froide. Elle est prête à l’emploi!

Mise en place

Afin de pouvoir introduire la cup dans votre vagin, vous devrez la plier. Il existe plusieurs techniques de pliage, cependant le plus simple est de plier la cup en deux. (voir l’onglet “Technique de pliage”)

Une fois introduite dans votre vagin, la cup va se déplier toute seule. Le bord de la cup va se plaquer contre les parois de votre vagin, et la cup va se positionner toute seule au meilleur endroit.

Vous pouvez placer votre cup plus ou moins haut dans le vagin, cependant si elle redescend ne vous inquiétez pas: tant qu’elle ne vous gêne pas et que vous n’avez pas de problèmes de fuite, c’est qu’elle est bien positionnée.

Nous vous conseillons de ne pas “enfoncer” de force votre cup: si elle ne rentre pas suffisamment loin, c’est que vous n’avez pas choisi la bonne taille. Et si même après avoir coupé la tige la cup vous gêne ou vous fait mal, et que vous êtes certaine de l’avoir positionnée correctement, c’est très probablement qu’elle n’est pas à la bonne taille.

Mettre une cup demande un peu d’entraînement: tout comme la première fois que vous avez mis un tampon, il va vous falloir un peu de patience et du “doigté”. Il y a plusieurs manières d’introduire la cup, plusieurs positions dans lesquelles vous pourrez le faire.

À vous de savoir quelle position est le plus confortable!

L’essentiel, c’est d’être détendue. La première fois peut être un peu douloureuse, surtout si on stresse et qu’on ne s’écoute pas. Respirez profondément, restez calme, ne paniquez pas si vous n’y arrivez pas: on est toutes passées par là, et on a toutes fini par y arriver!

Quelques positions dans lesquelles vous pourriez vous sentir à l’aise pour introduire votre cup:

  • Debout, un pied sur-élevé. Attention, veillez à ne pas vous trouver sur une surface glissante! Vous pouvez être sous la douche, mais prenez garde à ne pas tomber (prenez appui contre la paroi, vérifiez que le tapis de douche ne glisse pas…).

  • Accroupie, les genoux bien écartés. Cette position vous permet un accès optimal à la zone concernée mais peut être fatiguante…

  • Assise sur les toilettes. C’est la position la plus “logique”: vous ne salissez rien, vous avez du papier hygiénique à proximité (car oui, vous vous en mettrez plein les doigts, c’est inévitable!), et vous pouvez utiliser vos deux mains sans risquer de tomber.

En règle générale, après le premier cycle, le geste est maîtrisé. Et avec le temps, l’affaire ne vous prendra pas plus de quelques secondes!

Quelques petits conseils pratiques (d’autres suggestions sont les bienvenues!):

  • Attention aux ongles longs… Vous risquez de vous pincer/griffer les parois du vagin.

  • Utiliser vos deux mains au début, pour ne pas vous pincer (une main tient la cup pliée, l’autre écarte les lèvres pour un accès facilité).

  • Paradoxalement, si vous poussez avec vos muscles (comme pour aller aux toilettes…) pendant que vous insérez la cup, elle se positionnera plus facilement lorsque vous la lâcherez et que vous arrêterez de pousser: elle va remonter seule à sa place, aidée par les muscles de votre vagin, et s’ouvrir sans problème.

  • Ne lâchez pas la cup si elle n’est pas complètement introduite: elle va revenir brutalement en position ouverte. C’est une sensation très désagréable! Et ça peut même faire très mal…

  • Ne faites pas vos premiers essais dans une situation de stress. Vous n’arriverez à rien et risquez de vous faire mal.

  • Ce n’est pas grave si vos règles ont déjà débuté: le sang et les muqueuses facilitent le glissement de la cup. Vous pouvez tout à fait utiliser du lubrifiant, mais il doit être à base d’eau (la plupart des fabricants déconseillent les autres lubrifiants car ils risquent d’endommager la cup). Vous pouvez aussi simplement mouiller la cup, ou utiliser une crème intime ou une pomade comme l’homéoplasmine.

  • La tige vous gêne? Coupez-la. MAIS coupez d’abord un premier petit bout, et portez votre cup quelques heures. Coupez ensuite la tige par petits bouts jusqu’à-ce qu’elle soit à la bonne longueur. Une cup sans tige est plus difficile à retirer, et si vous manquez d’expérience c’est pire!

  • Juste après avoir mis votre cup, vous aurez probablement envie de faire pipi… C’est normal, ne vous retenez pas, et même s’il ne s’agit que de quelques gouttes, vous vous sentirez mieux après. Le mieux, c’est encore de faire pipi avant de manipuler sa cup.

Retrait

Vous pouvez porter votre cup jusqu’à 12 heures consécutives sans la vider.

L’idéal c’est de la mettre le matin en se levant, de la vider une fois avant d’aller se coucher (ou en rentrant du travail), et ainsi de suite pendant tout le cycle.

Il se peut que vous deviez vider votre cup plus souvent, soit parce qu’elle est pleine (flux abondant), soit parce que vous en ressentez le besoin.

Mais contrairement aux tampons et aux serviettes, vous avez plusieurs heures de paix devant vous dans tous les cas!

Lorsqu’elle est correctement positionnée dans votre vagin, votre cup est maintenue en place par vos muscles. Si vous tirez sur la tige, il va se créer un effet de ventouse: le bord rond de la cup adhère aux parois vaginales et la cup ne bouge pas, ou très peu. En plus, vous risquez de déplacer un éventuel DIU (Dispositif Intra-Utérin, comme un stérilet), de vous faire mal, etc…

C’est pourquoi vous devez pincer la base de la cup pour pouvoir la retirer, et non pas tirer sur la tige. Pour faciliter cette manoeuvre, la plupart des cups ont des stries en relief à leur base et sur la tige.

Mettez-vous dans une position confortable (toutes les positions proposées à la section “Mise en place” sont possibles, mais privilégiez celles où vous ne risquez pas de salir votre tapis de bain ou votre parquet…) et détendez-vous. Attrapez la tige de la cup avec deux doigts et poussez (si si, comme pour aller aux toilettes ou, pour celles qui ont des bambins, comme pour accoucher). La cup va redescendre de manière à ce que vous puissiez pincer sa base.

Une fois que vous avez attrapé la base de la cup (juste au dessus de la tige), pincez jusqu’à ce que la cup se plie légèrement en dedans. Vous annulez ainsi l’effet ventouse et pouvez retirer la cup.

Tenez-là fermement jusqu’à ce qu’elle soit complètement sortie, puis videz-là.

Vous pouvez alors rincer ou essuyer votre cup et la remettre.

Quelques conseils pratiques:

  • Si vous n’arrivez pas à attraper votre cup, ne paniquez pas. L’effet du stress sur vos muscles maintiendra la cup tout en haut de votre vagin, ça ne vous aidera donc pas. Détendez-vous et poussez doucement jusqu’à ce que la cup redescende.

  • S’accroupir est la meilleure façon de faire descendre votre cup afin de pouvoir l’attraper.

  • Une cup pleine descend en général toute seule. Même avec un flux abondant, testez les limites de durée pour la vider moins souvent…

  • N’essayez pas de sortir la cup d’un coup: effectuez de petits mouvements de “tortillage” tout en pincent fermement la base de la cup, et sortez-là progressivement. C’est très utile pour annuler l’effet de ventouse.

  • Une cup pleine déborde facilement: lorsque vous pincerez la cup pour la retirer, vous en aurez probablement sur les doigts. C’est pourquoi faire la manipulation assise sur les toilettes a de gros avantages!

  • Ayez de l’eau à proximité, ou alors au moins des lingettes hygiéniques et/ou du papier hygiénique: La cup, votre intimité, vos doigts… Si vous pouvez tout à faire remettre la cup sans la rincer, vous aller devoir vous laver les mains et vous essuyer.

  • Vous ne supportez pas la vue du sang? Nous ne pouvons rien faire pour vous…

On peut plier une cup de bien des manières afin de l’introduire dans le vagin.

Le pliage le plus courant et le plus simple est le pliage en C: vous applatissez votre cup bord contre bord puis vous la pliez en deux.

Il existe également le pliage appelé pliage en 7, le pliage en S ou encore le pliage “punch-down”.

D’autres techniques de pliage se trouvent facilement en faisant une recherche sur internet.

Lorsque vous videz votre cup, il vous suffit de la rincer à l’eau claire et froide. N’utilisez pas de savon, vous risquez d’abîmer votre cup mais également d’endommager votre flore vaginale.

L’eau chaude “cuit” le sang, qui va alors teinter la cup (plus la couleur de la cup est claire, plus celà se verra). Il faut donc préférer l’eau froide pour le rinçage et le lavage de la cup. Rincez toujours votre cup de manière approfondie avant de la stériliser.

Les cups tâchées ne sont pas moins efficaces que les cups neuves. Elles sont juste moins jolies…

Portez une attention particulière aux petits trous juste sous l’ourlet de la cup. Ces trous ne doivent pas être bouchés, veillez donc à bien les nettoyer.

À la fin de votre cycle menstruel, vous pouvez stériliser votre cup (suivez les instructions du fabricant).

Vous pouvez également la rincer longuement à l’eau claire et frotter avec vos doigts. Là encore, évitez les produits de nettoyage.

Laissez-la sécher à l’air libre, ainsi vous éviterez d’y déposer des fibres (tissu, papier…).

Rangez votre cup dans la pochette en tissu prévue à cet effet.

Vous pouvez également stocker votre cup dans une petite trousse de toilette, voire même dans une boîte rigide. L’important c’est qu’elle ne soit pas mise en contrainte (pas pliée) entre les cycles. Elle pourrait se déformer avec le temps et se détériorer. Évitez de la laisser au soleil et ne la mettez jamais en contact avec des produits chimiques.

Une cup bien entretenue peut être utilisée pendant près d’une décennie!

À ne surtout pas faire:

  • Mettre sa cup au lave-vaisselle.

  • Mettre sa cup dans la machine à laver le linge.

  • Stériliser sa cup avec un gel hydroalcoolique.

  • Utiliser des produits corrosif (détergents par exemple) pour nettoyer sa cup.

LA vidéo qu’il faut voir lorsqu’on ne connaît pas la coupe menstruelle – vous allez en rire, c’est garantit!

Si vous ne savez pas comment mettre une coupe menstruelle, c’est cette vidéo qui vous l’expliquera le mieux!

Quoi de mieux pour en parler que de le faire avec humour?

Quand ABE interroge une gynécologue au sujet de la coupe menstruelle.

Les règles, ce n’est pas si crade qu’on le pense